Le projet d'autopartage du Pôle métropolitain

L’autopartage consiste à partager l’usage d’un véhicule entre plusieurs individus abonnés à un service. Les membres de ce service d’autopartage se partagent donc l’usage d’un ou plusieurs véhicules dont ils ne sont pas propriétaires

Pourquoi avoir retenu l’autopartage comme réponse aux problématiques de mobilité en zones périurbaines et rurales ?

  • L’offre de transports collectifs est aujourd’hui limitée sur nos territoires périurbains et ruraux. En effet, nos transports collectifs s’adressent avant tout aux scolaires et à certains actifs travaillant en horaires classiques. Par conséquent, l’autopartage est une offre collective de mobilité supplémentaire pour tous les trajets du quotidien, tels que les achats, les loisirs, les démarches administratives ou encore l’accès aux établissements de santé, 
  • La voiture permet de se rendre où l’on veut et répond ainsi à tous les besoins en déplacement,
  • L’autopartage offre à celles et ceux qui n’ont pas les moyens de posséder un véhicule de pouvoir disposer facilement d’une voiture pour leurs déplacements. L’autopartage répond ainsi à un véritable enjeu d’ordre social, le droit à la mobilité pour tous. En effet, l’absence de véhicule personnel en milieux périurbain et rural contribue à créer des situations d’exclusion ou d’isolement,
  • L’autopartage peut permettre de réduire le budget transport des ménages en se séparant d’un de leurs véhicules. Il peut arriver que certains ménages multi-motorisés disposent d’un véhicule qui ne sert que très rarement. L’autopartage offre alors la possibilité d’envisager de se séparer de ce véhicule.
 

 

Exemple de Tinchebray (61)

Quel projet d'autopartage ?

Notre service d’autopartage consisterait à mettre à disposition auprès des habitants de 8 communes pour le moment deux véhicules électriques en location à la journée ou à la demi-journée, voire à l’heure. La réservation des véhicules s’effectuerait via une plateforme de réservation à l’échelle du Pôle métropolitain. A ce jour, les conditions tarifaires de ce service sont toujours en cours de réflexion.

Ce service d’autopartage serait dans un premier temps expérimenter au cour de 3 années à compter de septembre 2017. Pour nous accompagner dans cette expérimentation, les élus du Pôle métropolitain Le Mans Sarthe ont retenu la Société CLEM : cet opérateur de mobilité assurera à la fois la gestion de la plateforme de réservation à l’échelle du Pôle métropolitain (plateforme mutualisée) et la supervision de la borne de recharge électrique.

Ce service d’autopartage sera également complété par d’autres offres de mobilité sur les territoires volontaires telles que le covoiturage, la recharge électrique publique et le transport solidaire.En effet, dans le cadre de cette expérimentation de mise en place d’un service d’autopartage en territoires peu denses, les élus du Pôle métropolitain Le Mans Sarthe ont désiré s’appuyer sur des véhicules électriques afin de répondre aux objectifs fixés par nos politiques publiques en matière de transition énergétique.

Les étapes du projet

Les communes volontaires n’ont à ce jour pas validé de manière officielle leur participation à ce projet qui interviendra lors du vote du budget au cours du mois de mars 2017. Il ne s’agit donc que de communes volontaires pour ce projet de mobilité durable.

En termes de coûts, calculés sur les 3 années d’expérimentation de ce nouveau service de mobilité, le Pôle métropolitain Le Mans Sarthe supportera celui de la plateforme de réservation des véhicules en autopartage (de l’ordre de 60 000 € HT).

Les coûts des stations d’autopartage, comprenant notamment une borne de recharge électrique et deux véhicules électriques, s’élèvent pour chaque commune aux alentours de 45 000 € HT d’investissement (hors subventions en cours de recherche). Les coûts de fonctionnement dépendront de l'usage des véhicules. Plus ils seront utilisés, moins cela coûtera à la commune.

Cette nouvelle offre de mobilité, inédite en Région Pays de la Loire, devrait voir le jour en septembre 2017.

L'Europe, l'Etat, la Région et le Département ont été sollicités pour participer à cette expérimentation.

Le fonctionnement envisagé

Il s'agira de s'inscrire sur une plateforme dédiée à ce service, soit via Internet (et application), soit via un service de proximité (mairie, commerce local ...) afin que celui-ci soit accessible à l'ensemble de la population. Pour les personnes n'ayant pas le permis de conduire, une inscription sur la plateforme sera aussi possible, avec la possibilité de réserver un véhicule conduit par un chauffeur bénévole.

La réservation d'un véhicule se fera très simplement, sous forme de créneaux dans un calendrier. Cette réservation pourra se faire à la demi-journée ou à la journée, avec la possibilité laissée aux communes d'expérimenter d'autres formes de réservation. L'usager recevra alors un code par sms et pourra récupérer sur place la clé d'un véhicule. Le véhicule devra revenir à l'endroit où il a été pris, et remis à la charge.

Le coût forfaitaire du service incluera l'assurance et la recharge. Aucun coût supplémentaire ne sera donc demandé aux usagers (sauf franchise en cas de sinistre responsable) .

Les véhicules électriques envisagés pour ce service sont accessibles au plus grand nombre, sont très faciles à conduire (pas d'embrayage) et incitent à une conduite apaisée.